Équateur : nature et indigènes

C’est par la frontière de Rumichaca que je suis arrivée en Équateur. J’avais prévu de dormir une nuit à Ipiales du côté colombien afin de visiter el Santuario de la Lajas le matin et ensuite prendre un taxi jusqu’à la frontière. C’est avec une amie backpackeuse, Camille du Québec, que j’ai traversé la frontière et voyagé jusqu’à Quito. Nous avons pris un taxi depuis la frontière du côté équatorien qui nous amenait à la station de bus pour continuer notre route.  Nous avons décidé de nous arrêter à Otavalo pour y faire un peu de shopping à son fameux marché du samedi mais aussi pour y faire une ballade autour du lac de Cuicocha au pied du volcan Cotacachi, le lendemain. Cette ballade est très belle, nous avons pris le temps, le temps de prendre ce magnifique lac en photos sous tous les angles puisque que nous avons fait le tour à pied et avons pique-niqué en chemin.

 

Il y a beaucoup de belles ballades à faire près d’Otavalo, un séjour plus long est même recommandable afin de profiter des magnifiques vallées et des lacs. Faute de temps, nous avons décidé d’aller ensuite à la capitale: Quito.

Le trajet en bus de la frontière à Quito en passant par Otavalo est un trajet sinueux dans les montagnes et extraordinaire de beauté ! J’ai tout-de-suite remarqué dans le bus que ce pays comptait encore beaucoup d’indigènes aux costumes traditionnels, ce qui m’a énormément plu. Je les ai observés avec grande curiosité et trouvais leur allure de toute beauté.

En arrivant à Quito, nous avons décidé de prendre les bus de la ville pour arriver à notre hostel « the secret garden » malgré mon immense backpack qui pèse à lui tout seul environ vingt kilos et mon petit backpack qui pèse encore cinq kilos de plus (vous aurez bien compris que je ne vais pas vous donner de conseils sur comment prendre le minimum  en voyage). Nous sommes donc arrivées à destination après un changement de bus en ville et quelques mètres en plus à pied puisque l’hostel se trouvait près de la place San Blas où était notre arrêt de bus.

On m’avait recommandé cet hostel car celui-ci organise un séjour dans son deuxième hostel près du volcan Cotopaxi, autre destination que je voulais absolument faire en voyageant en Équateur.

Quito est une très grande ville.  Je n’ai visité que le centre historique de la ville qui est absolument splendide et j’ai privilégié une visite à la Mitad del mundo où passe la ligne de l’Équateur ainsi qu’une montée en Teleferiqo, qui est le plus haut d’Amérique du sud et qui  monte de  2950 à 4050 mètres, offrant ainsi une vue plongeante sur la ville.

p1050235

J’ai décidé ensuite de partir à l’air frais en groupe à l’autre hostel « secret garden » face au volcan Cotopaxi. L’ambiance dans cet hostel est absolument géniale, coupés du monde, nous avons vécu presque en autarcie et avons profité de cette vue spectaculaire qui s’offrait à nous. Volcan couvert de nuages, volcan presque découvert, au lever du soleil ou au coucher de soleil. J’ai passé trois jours plutôt sportifs car je me suis inscrite à trois différentes marches : une qui commençait derrière l’hostel et qui passait par une forêt et une rivière, une qui passait par la forêt enchantée et qui nous amenait au sommet de Posochoa et qui offrait une vue d’un côté sur Quito et l’autre sur la vallée. Et enfin la dernière beaucoup plus courte mais qui amenait au refuge de Cotopaxi à plus de 4800 mètres.

Après trois jours de marche, j’étais très contente d’arriver à Baños pour me relaxer un peu dans les bains de la ville. Malheureusement, il n’y avait que  deux bassins d’opérationnels,  l’un avec un peu beaucoup de monde et l’autre avec une eau si bouillante que je n’arrivais pas à entrer. Mais l’expérience était sympa surtout le soir de nuit.

Baños c’était aussi une nouvelle aventure pour moi : le rafting, degré 4 ! Quelle aventure ! J’ai absolument adoré et j’ai eu plus de chance que d’autres car je ne suis pas tombée de notre radeau pneumatique. Je n’ai cependant pas eu le courage à mi-chemin, comme  d’autres participants, de me jeter d’un très haut pont juste pour compléter mon besoin d’adrénaline.

Après deux nuits à Baños, passage OBLIGÉ à Cuenca, capitale de la province d’Azuay ! Ma professeur d’espagnol à Berne venait de Cuenca et elle m’avait tellement souvent parlé de sa ville que je ne pouvais pas la manquer. Et c’était un régal pour les yeux : la belle cathédrale de l’immaculée Conception et  les nombreuses églises, la jolie marche jusqu’au Mirador de Turi ou encore la marche plus physique au parc national El Cajas avec une vue époustouflante.

C’est dans ce parc national que j’ai retrouvé mon ami Victor, que j’avais connu au Panama. Après une marche d’environ cinq heures, nous sommes partis en direction de Guayaquil. Victor m’a montré  sa ville et ses quartiers coups de coeur. J’ai  été séduite par le quartier de la Peñas et le Malecón 2000. Guayaquil est beaucoup moins touristique que les autres grandes villes d’Équateur mais un stop de un ou deux jours vaut vraiment la peine.

Après Guayaquil, nous sommes partis visiter le célèbre village de Montañita et la ville de Puerto López, tous deux sur la côte Pacifique.  Le ceviche équatorien y était délicieux !

 

 

.

 

 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Christoph Haller dit :

    liebe Caro, herzliche Grüsse aus der verschneiten kalten Schweiz in das landschaftlich wunderschöne tierreiche Equador. Christoph

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s